Archives de catégorie : Pédagogie

La classe inversée : concevoir une capsule

Le parcours M@gistère Comprendre et mettre en oeuvre la pédagogie inversée à l’école permet aux enseignants de découvrir la philosophie de cette pédagogie. Le lien suivant permet de visualiser la première classe VIA proposée dans le parcours.

https://youtu.be/HeenxCf9tvo

Dans la classe inversée, flip classroom, en anglais, la notion est d’abord étudiée par l’élève à l’aide d’outils fournis par l’enseignant qui utilise des capsules « toutes faites » ou qui les réalise.

La classe inversée …

La première phase consiste en une prise de connaissance individuelle ou  collective, dans la classe ou hors de la classe d’une capsule vidéo. Cet exemple de capsule résulte d’un travail collaboratif entre tous les membres de l’équipe de la circonscription de Vesoul 2 :

Ensuite, plusieurs temps de travail sont nécessaires :

  • Une phase d’interactions entre les élèves en petits groupes  : mise en situation, contextualisation des informations, activités de recherche.
  • Une phase de production, complexe en groupe pour structurer les informations.
  • Une phase de production complexe individuelle ou en groupe pour prouver que l’on a compris : c’est la preuve de l’apprentissage.

Finalement, « Dans la pédagogie inversée, le rôle de l’enseignant devient central, explique Alice Yeager, enseignante en développement de l’enfant. Il n’est plus uniquement le passeur de savoir, il doit être un guide accompagnateur. »

Mémoriser et raconter un récit long

Apprendre à suivre le fil de l’intrigue pour mémoriser et raconter un récit long. Cette séquence compte sept séances qui correspondent à un travail de mémorisation, de compréhension et de restitution orale. Ces séances, précisées ci-dessous, sont construites à partir du manuel Lectorino et Lectorinette CE1/CE2, Apprendre à comprendre les textes narratifs de Sylvie Cèbe et Roland Goigoux. En s’appuyant sur l’album Un arc en ciel de souvenir, les élèves sont invités à :

  • Fabriquer une représentation mentale.
  • Utiliser leur représentation mentale pour raconter.
  • S’intéresser au sens des mots et des expressions pour fabriquer une bonne représentation mentale.
  • Reformuler pour mieux comprendre, mieux raconter.
  • Se servir de leurs connaissances pour remplir les blancs.
  • Suivre les états mentaux des personnages pour mieux comprendre.
  • Raconter l’histoire.

Séquence Un arc en ciel de souvenirs

Enseigner l’oral à l’école

Parmi les trois domaines constitutifs de la maîtrise de la langue que sont le lire/dire/écrire, la place et l’enseignement du dire restent à construire : que fait-on quand on parle ? Quelle est la place et la fonction de l’oral dans les apprentissages ? Quels genres de l’oral enseigner et comment ? Quelles interactions entre oral et écrit ? Après quelques rappels théoriques, le diaporama suivant propose  des pistes de travail.

L’oral en classe

Raconter ou conter ?

Pour faire prendre conscience aux élèves que parler ne fait pas appel aux mêmes règles qu’écrire, que le code oral a ses spécificités, on peut partir d’une situation concrète comme, par exemple, l’enregistrement d’un récit.

Continuer la lecture de Enseigner l’oral à l’école

La vérité sur l’affaire des trois petits cochons

Qu’y a-t-il à comprendre dans cet album ?

  • Qu’une même histoire peut être racontée de différents points de vue.
  • Qu’auteur et narrateur peuvent être distincts ou confondus.
  • Que le point de vue des trois petits cochons (conte traditionnel) et celui du loup (album) sont différents. (Comparaison entre le conte traditionnel et La vérité sur l’affaire des trois petits cochons)

 Comment : Lire, c’est traduire (Goigoux et Cèbe)

Faire prendre conscience aux élèves que la reformulation des idées du texte dans ses propres mots, même si elle demande un effort facilite la compréhension.

Séquence La vérité sur l’affaire des trois petits cochons

Géoplan et géométrie mentale

Réaliser un géoplan : les mathématiques au service de la construction d’un objet technique, le géoplan au service des mathématiques

 Réaliser un géoplan

La géométrie mentale : pour donner aux élèves la possibilité d’envisager mentalement une figure, indépendamment des contraintes de tracé aux instruments, faire utiliser le vocabulaire géométrique en situation, évaluer sa compréhension et sa mobilisation et montrer l’intérêt du tracé à main levée pour représenter une figure géométrique et en percevoir les propriétés.

Source : Jean-Luc Bregeon professeur formateur IUFM d’Auvergne

Un site sur les ateliers d’écriture en primaire

Parmi les lectures intéressantes du moment, voici un article rédigé par Martine Arpin pour le site
« l’atelier d’écriture en primaire ».

Cet article reprend les travaux de Lucy Calkins, fondatrice du TCRWP (Teacher’s College Reading and Writing Project) de l’Université Columbia de New York. Voici un des objectifs de cet atelier…
« …les élèves deviennent des lecteurs et scripteurs puissants, qui lisent et écrivent pour de vraies raisons, c’est-à-dire pour défendre leurs idées et celles des autres, pour approfondir leurs connaissances et celles des autres, pour illuminer leurs vies et le monde qui les entoure. Notre travail vise à préparer les enfants, à en faire des lecteurs et des scripteurs pour la vie, ayant confiance en eux. On vise à fortifier une génération de lecteurs et d’auteurs. » 
La démarche propose une organisation de la classe toute à faite appropriée à la mise en oeuvre de l’observation des élèves dans le cadre de l’évaluation positive. Ce site offre également un grand nombre de ressources pratiques pour la classe :
Qu’est-ce que l’atelier d’écriture ?
Matériel et organisation de l’espace
Mini-leçons
Mais les vidéos sont souvent plus utiles qu’un long discours !

Vidéo d’atelier d’écriture
Bonne découverte à tous !
Anne-Cécile GABARROU

Faire lire à voix haute

L’objectif de la lecture à voix haute est de lire un texte de manière fluide avec la bonne intonation pour faire passer l’atmosphère de l’histoire de la façon la plus spontanée possible. Cela consiste à transmettre oralement à des auditeurs sa propre lecture d’un récit. C’est donc une situation de communication orale qui implique à la fois une grande maîtrise de la lecture mais aussi une capacité d’analyse pour élaborer un projet d’action sur les auditeurs.

La lecture à voix haute doit devenir un objet d’apprentissage en soi. Elle s’apprend et demande un entrainement spécifique. Des activités programmées en classe doivent être régulièrement proposées. Elle améliore les performances en code et en écriture pour tous, il est donc conseillé de la pratiquer entre 30 minutes et 50 minutes par semaine.

Roland Goigoux et Sylvie Cèbe dans Lectorino & Lectorinette, Apprendre à comprendre des textes narratifs CE1-CE2, proposent différentes modalités de lecture à voix haute fluide, dynamique, stimulante, drôle, incitant les élèves à soigner leur production orale.

Continuer la lecture de Faire lire à voix haute

Ecriture collaborative en classe ! Essayez Peetch !

Peetch est une des belles surprises de cette année scolaire ! Cette application vous permet de proposer à vos élèves un véritable projet d’écriture à plusieurs mains ! La motivation est au rendez-vous ! Les élèves adorent. Un beau dispositif pour entrer dans le travail de groupe et la collaboration entre pairs.

Découvrez ici : http://peetch.co/

Le principe est simple et tient en quelques étapes :

Un tutoriel vous guide pas à pas !

Version PDF Tutoriel Peetch

Voici quelques exemples de productions :

Un exemple  produit par une classe du département

D’autres plus dans l’application : 
La possibilité de travailler les écrits en anglais.
La collaboration avec une autre classe.
Bref que de bonus qui valent le coût de se lancer !
Vous ne serez pas déçu !

Anne-Cécile GABARROU